Saint-Domingue (ville) ou Santo Domingo de Guzmán

Carte Saint DomingueSaint Domingue, la capitale administrative

La ville de Saint-Domingue (Santo Domingo ou Santo Domingo de Guzmán en espagnol, ou San Domingo de façon plus ancienne : on parle de la bataille de San Domingo) est la capitale de la République dominicaine.

La ville est située par 18° 30’ de latitude nord, 69° 59’ de longitude ouest, sur la mer des Caraïbes, à l’embouchure du fleuve Ozama sur l’île d’Hispaniola, l’île que la République dominicaine partage avec Haïti. Elle compte 2 061 200 habitants (2001).

Saint Domingue est le plus vieux site de peuplement européen des Amériques habité sans discontinuité, et fut le premier siège du pouvoir espagnol dans le Nouveau Monde. Elle est ainsi nommée en l’honneur de Saint Dominique de Guzmán, le fondateur de l’ordre dominicain.

La zone coloniale de Saint-Domingue a été déclarée Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, avec, les constructions espagnoles suivantes :

  • Les premiers bureaux administratifs,

  • La première cathédrale du continent américain,

  • La maison de Christophe Colomb,

  • La forteresse d’Ozama (du nom du Río Ozama)

  • La maison d’Hernán Cortés qui accueille aujourd’hui l’ambassade de France.

Saint-domingue vue du ciel

Saint-domingue vue du ciel

Histoire

La fondation de la première ville des Amériques

Une première colonie, nommée Isabella, s’installa dans le nord de l’île quelques mois après l’arrivée de Christophe Colomb fin 1492. Mais les forts vents venant du nord laissèrent croire aux colons qu’ils étaient la cause des nombreuses épidémies dont les Européens étaient atteints. Il fut alors décidé de construire une ville au sud de l’île.

À l’initiative de Bartolomé Colomb, frère cadet de Christophe, fut édifiée en 1496 sur la rive orientale du fleuve Ozama la ville de Nueva Isabela, en hommage à la reine Isabelle de Castille. Elle fut officiellement fondée le 5 août1498.

En 1502, un cyclone ravagea la nouvelle ville qui fut alors reconstruite sur l’autre rive du fleuve par le gouverneur nouvellement nommé, Nicolás de Ovando, à l’emplacement de l’actuelle zone coloniale, et prit le nom de Santo Domingo de Gúzman. Son plan en damier fut à l’origine de la plupart des villes du Nouveau Monde. Pour défendre l’entrée du fleuve contre les assauts des pirates, le fort Ozama fut construit de 1502 à 1507, première édification militaire des Amériques, en appui sur la Tour de l’Hommage, haute de 18 mètres et d’une véritable apparence médiévale.

Le 15 avril 1502, le gouverneur Ovando amenait avec lui 17 frères franciscains qui se joignirent aux deux premiers arrivés dès le deuxième voyage de Colomb en 1493. Ils construisirent le premier monastère franciscain : le monastère de San Francisco.

Le premier hôpital fut édifié de 1502 à 1508 sous le nom de San Nicolas de Bari, de même que la première cathédrale, Notre-Dame de l’Incarnation.
À l’origine petit hutte recouverte de feuilles de palmiers, elle fut renforcée en 1514 par de grandes planches de bois et de la terre battue. Mais c’est en 1523 qu’Alejandro Geraldini, évêque de Santo Domingo depuis 1516, posa la première pierre de ce qui est la cathédrale d’aujourd’hui, achevée en 1541. Le pape Paul III l’érigea en Première cathédrale des Indes le 12 février1546, à la demande du roi Charles V.

Dès 1508, Saint Domingue acquit son statut de ville, Ferdinand II d’Aragon, roi d’Espagne, lui accordant ses armes, et devint le siège de la vice-royauté des Amériques. En 1511, le premier Tribunal Royal avait pour juridiction l’ensemble des territoires du Nouveau Monde. Diego Colomb, fils de l’amiral, installa sa première cour de Vice-roi et Gouverneur des Indes, dans ce qui est aujourd’hui nommé le Palais de Colomb (El Alcazár de Colón), situé stratégiquement entre deux portes des murs d’enceinte de la ville et avec une vue imprenable sur le fleuve, au bord duquel furent aussi édifiés les chantiers navals royaux qui portent toujours le nom de Atarazanas Reales.

En 1538 fut créée la plus vieille université du Nouveau Monde par une bulle du pape, In Apostolatus Culmine, qui octroya ce statut au centre d’études fondé dès 1502 par Hernando de Gorjón et qui occupait le Couvent des Dominicains, à quelques pas de la forteresse. Elle fut baptisée Santo Tomás de Aquino (Saint-Thomas d’Aquin). L’institution existe encore de nos jours sous le nom d’Université Autonome de Saint Domingue (UASD), mais a été transférée à la périphérie de la zone coloniale.

Ce fut donc une ville en grande expansion que légua Diego Colomb en 1523, à la fin de son second mandat de gouverneur. L’or se faisant rare sur l’île avait laissé place à la culture de la canne à sucre, dont le succès en Europe permit le financement des grandes constructions de Santo Domingo au XVIe siècle.

Les assauts anglais

En 1586, Francis Drake et ses hommes prirent possession de la ville durant un mois pendant lequel le corsaire anglais tenta de négocier une rançon.
Il n’obtint finalement qu’un vingtième de ce qu’il avait espéré. Avant de repartir vers Carthagène, il pilla et brûla une grande partie de la ville. Seule la cathédrale, dans laquelle il semble avoir établi son quartier général durant le siège, échappa au feu, mais pas au vol de son trésor et de ses cloches.

A la suite de cette destruction, la plupart des bâtiments furent reconstruits à l’identique. Le roi Philippe II d’Espagne ordonna néanmoins le renforcement des principales escales de sa flotte et chargea les ingénieurs Juan Bautiste Antonelli et Juan de Tejeda de mettre en place des systèmes de défense dans les ports de Saint Domingue, San Juan de Porto Rico, La Havane, Carthagène, etc. Son successeur, Philippe III d’Espagne, dans sa tentative de lutte contre la contrebande, fit déplacer plusieurs colonies de la côte nord de l’île vers les abords de la capitale.

En 1655, la flotte anglaise de Cromwell, emmenée par l’amiral William Penn et le général Robert Venables attaqua la ville, l’objectif étant d’engager l’expansion du protestantisme dans le Nouveau Monde.
Les murailles n’étaient pas encore complètement renforcées, mais les deux tentatives d’assaut des 8000 hommes de Venables furent néanmoins repoussées par le nouveau gouverneur général d’Hispaniola, Bernardino de Meneses Brancamonte y Zapata, comte de Peñalba (qui donna son nom à la principale rue piétonne de la ville El Conde, qui signifie en français Le Comte).
Penn et Venables, furieux de leur déroute bien que responsables en raison de leur manque de collaboration évident, allèrent s’emparer de la Jamaïque.

La domination française

A la fin du siècle suivant, le traité de Bâle de 1795 scella la session par l’Espagne de la partie est de l’île d’Hispaniola à la France, cette dernière reprenant ainsi l’île tout entière, qui prit le nom de Saint-Domingue. La ville de Saint-Domingue fut envahie par Toussaint Louverture en janvier 1801.

Ce n’est qu’en 1809, après la bataille de Palo Hincado, que la ville, de même que toute la partie ouest d’Hispaniola, se rattacha à la tutelle espagnole.

En 1821, quelques semaines après la déclaration d’indépendance des colons espagnols, les troupes haïtiennes emmenées par Jean Pierre Boyer entrèrent dans la ville. L’île resta française jusqu’en 1844. Le 27 février de cette année commença près de la porte du Condé la guerre qui mena à l’indépendance de la République dominicaine.

Après l’indépendance

A la fin du XIXe siècle, la muraille d’enceinte fut presque entièrement démolie et la plupart des briques et des pierres furent récupérées pour restaurer de nombreux bâtiments de la grande époque coloniale. La zone coloniale fut rénovée et ses façades reprirent les couleurs du XVIIe.

La ville fut presque entièrement détruite par un ouragan en 1930. Elle fut reconstruite et renommée Ciudad Trujillo en l’honneur du dictateur Rafael Trujillo. La ville retrouva son nom originel juste après l’assassinat de ce dernier en 1961.

Le 6 octobre 1992, dans le cadre des célébrations du Cinquième centenaire de la découverte et de l’évangélisation de l’Amérique, fut inauguré le Faro A Colón (Phare de Colomb), immense monument à la mémoire de Christophe Colomb, dont les premiers projets avaient été déposés dès l’année 1923.

À cette occasion furent transférés les restes du corps du célèbre amiral dont la dépouille funèbre se trouvait jusqu’alors dans une des tombes de la cathédrale. L’authenticité en est cependant contestée par l’Espagne qui affirme disposer de ses restes.

En 2001, la ville fut divisée en quatre municipalités et une ville-province.

Jumelages

Santo Domingo est jumelée avec :

  • Madrid (Espagne).

Code postal de Saint Domingue

Le code postal de Saint Domingue dépend des zones :

Nouvelle zone national : de 10100 à 10699

Saint Domingue Ouest : de 10700 à 11199

Saint Domingue Nord : de 11200 à 11499

Saint-Domingue Est : de 11500 à 11999

Pour plus de renseignements visitez le site de l’Institut Postal Dominicain : INPOSTDOM

Codes postaux de Saint Domingue

Ville de Saint-Domingue vue de l’espace, Mai 1992v

Ville de Saint-Domingue vue de l’espace, Mai 1992

Plaza Colón

Plaza Colón

Cathédrale de Saint-Domingue

Cathédrale de Saint-Domingue

Cathédrale de Saint-Domingue vue de l’intérieur

Cathédrale de Saint-Domingue vue de l’intérieur

Dans la zone coloniale à Saint-Domingue

Dans la zone coloniale à Saint-Domingue

Dans la zone coloniale à Saint-Domingue

Dans la zone coloniale à Saint-Domingue

Place de l’Indépendance

Place de l’Indépendance

La Rue Conde de Saint-Domingue

La Rue Conde de Saint-Domingue

Un plan de Santo Domingo

Un plan de Santo Domingo de 1671

Un plan de Santo Domingo

Un plan de San Domingo de 1730